Le Feuilleton d’Artémis. La Mythologie grecque en cent épisodes, Murielle Szac, ill. Olivia Sautreuil – Bayard Jeunesse, 2019

L’art du feuilleton au service de la Mythologie grecque.
La Mythologie grecque pour nous interroger sur le monde d’aujourd’hui.

Amateurs de longues histoires et de rebondissements, vous serez comblés ! Trois cent pages de grand format vous tiendront en haleine ! Murielle Szac qui maîtrise à la perfection l’art du feuilleton est de retour. Pour la quatrième fois, elle vous entraîne dans le dédale de la mythologie grecque. Pour vous guider, l’auteure a découpé la narration en brefs chapitres. Chacun d’eux porte un long titre explicite qui révèle son contenu, tandis que le suivant s’ouvre par le rappel de ce qui vient de vous être rapporté et se termine par une question qui relance l’intérêt. Le procédé vous empêchera de vous égarer parmi les « immortels » et leurs partenaires qui se montrent capricieux, colériques, jaloux, impétueux, et souvent dangereusement amoureux. Derrière le foisonnement des faits et par-delà le comportement des héros, vous prendrez conscience de l’étonnant éclairage qu’apportent ces histoires fabuleuses sur notre monde contemporain.

Après Hermès, Thésée et Ulysse, Murielle Szac a choisi Artémis comme vedette de son dernier livre. La fille de Leto et de Zeus, sœur jumelle d’Apollon, protectrice des naissances et formatrice des adolescents, est une déesse revendicatrice. Elle s’oppose à la vie de soumission réservée aux femmes dans un monde façonné par le pouvoir des hommes auxquels elle refuse d’accorder sa confiance. Ses colères sont légendaires. Eprise de liberté, elle a opté pour la virginité et le monde sauvage est son domaine de prédilection. Mais, ainsi que Serge Boimare l’écrit dans l’avant-propos de l’ouvrage, au fil des épisodes, le lecteur rencontre des femmes bien différentes d’Artémis, comme Hélène la séductrice ou la douce Hestia, divinité du foyer et du feu sacré. Comme quoi, « la féminité n’est pas représentée par un seul et unique modèle ».

Grâce à la limpidité de son écriture, proche de l’oralité, grâce au vocabulaire résolument contemporain, quelquefois familier, qu’elle adopte, Murielle Szac abolit la distance entre le lecteur et ces êtres étranges tellement éloignés de nous que sont les héros mythologiques. On ne sera pas surpris si, dans les dialogues, Artémis interpelle Leto en l’appelant « maman» et si quelquefois le récit nous met en face de « papa Zeus ». Ce qui n’empêche pas l’auteure d’adopter par moments un ton soutenu, épique, ou poétique lorsque la narration l’exige.

Ajoutons pour terminer que « le feuilleton » est accompagné d’illustrations graphiques que l’on doit au talent d’Olivia Sautreuil.

Michel Defourny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *